tarot divinatoire

Le tarot divinatoire

banniereamour

Le tarot divinatoire

On vous parle souvent du célèbre tarot de Marseille, tarot divinatoire dont nous avons déjà parlé d’ailleurs (voir l’article ici).  Mais savez-vous que ce n’est le seul tarot divinatoire ?Cet article vous donne un horizon de nombreux tarots divinatoires utilisés dans le domaine de la voyance et plus précisément dans le domaine de la cartomancie. Néanmoins nous commencerons tout de même par des variantes du tarot de Marseille, il reste et restera un incontournable dans la cartomancie.

Si en terme de voyance on représente souvent des bohémiennes faisant usage de la cartomancie, il faut savoir que l’usage du tarot divinatoire en Europe est antérieur à l’arrivée des bohémiens. Nous allons donc voir ici un mélange de cultures, savoir faire, croyances et religions de la vieille Europe le tout contenu dans des paquet de tarot.

Nous n’aborderons pas ici tout les tarot utilisés en voyance car la liste serait longue, très longue. Essayons cependant d’aborder les points les plus importants.

Tarot de Marseille

Dans la famille des tarots divinatoire on distingue déjà les tarots anciens. Il sont composés de 78 lames. Les lames majeures portent toutes un titre et un numéro sauf quelques exceptions.

Le tarot de Marseille en fait bien-sûr parti, on distingue :

Le tarot de Marseille de Jean Noblet (1660-1670)

Un des plus anciens Tarot de Marseille est celui de Jean Noblet, il est daté aux alentours des 1660-1670. Le tarot divinatoire existe cependant depuis le XVème siècle dans le nord de l’Italie. Jean Noblet est maitre cartier parisien, son tarot original repose aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France.

Le tarot de Jean Noblet est une référence authentique. Son tarot fût un des tout premier à être annoté. C’est à dire qu’il affiche les noms des lâmes. Mais ça ne s’arrête pas là c’est un des rare tarot divinatoire à afficher l’habituelle « arcane sans nom » sous le nom de « Mort ».

Le tarot de Marseille de Nicolas Conver (1760)

Nicolas Conver est un maitre cartier marseillais et réalisa son tarot en 1760. Le tarot divinatoire à déjà 400 ans d’histoire derrière lui. Il est donc fortement inspiré des précédents tarots de Marseille. En revanche il fut sûrement le tarot le plus diffusé et pendant la plus longue période.

Sa fabrication ne changeât pas de procédé avant 1880.

tarot de marseille de Nicolas Conver
Arcane de Nicolas Conver ci-dessus.

 

Le tarot de Paul Marteau (1930)

Paul Marteau est lui aussi un maitre cartier né en 1885 et mort en 1966. Il créer son tarot de Marseille en 1930 et le diffuse grâce aux éditions Grimaud. Il le créer pour le marché de la cartomancie et décide de l’appeler « Ancien tarot de Marseille ». Enfin créer est encore ici un bien grand mot car il reprendra alors les travaux de Nicolas Conver. En revanche c’est Paul Marteau qui popularisera vraiment le tarot de Marseille.

 

Le tarot de François Chosson (1736-1672)

tarot de marseille de François Chosson
Exemple du jeu de tarot de Nicolas Chosson

Le tarot de Marseille de François Chosson est un tarot fabriqué à Marseille en revanche les informations sont floues quand à la date de parution de ce jeux de tarot.

François Chosson aurait exercé de 1734 à 1756 mais son tarot est daté de 1672.

Plusieurs hypothèses viennent étayer le propos mais une fois de plus nous ne sommes sûrs de rien.

  • Une première consiste à dire que le tarot de Chosson date réellement de 1672 mais que les initiales sur les cartes ne sont pas les même car Chosson les faisait imprimé chez un graveur de Marseille.
  • La deuxième dit que ce tarot de Marseille serait de 1736 mais marqué des initiales « GS » car il acquit des plaques auprès d’un graveur prénommé.
  • Une troisième consiste à dire qu’une carte présentant déjà une inversion de lettre on peut supposer que le graveur n’était pas des plus assidu et inversa les chiffres de la date.

Ce tarot est d’autant plus étrange car il est dit qu’il aurait été tiré à seulement 3000 exemplaires. Un exemplaire unique est conservé au musée Blumenstein à Solothurn en Suisse.

 

Le tarot de Marseille de Bernardin Suzanne (1839)

Le tarot de Marseille de Suzanne Bernadin daté de 1839 est lui aussi controversé sur le fait que certains considèrent qu’il fut réalisé par une femme. En revanche vu l’époque et la condition des femmes en ce temps il est plus probable qu’il fût réalisé par un homme.

La parution tardive de ce tarot divinatoire signifierai qu’il fut réalisé par un des derniers maitre cartier de Marseille. Un exemplaire est conservé au musée national Suisse de Schaffhausen.

 

Le tarot de Marseille Arnoux et Amphoux (1793)

Ce jeux de tarot de Marseille est une collaboration entre deux maitres cartiers marseillais, Arnoux et Amphoux. Il est une copie du jeu de François Tourcaty. Un exemplaire est actuellement conservé à la BNF (bibliothèque nationale de France).

 

Le tarot de Marseille de François Tourcaty (1745)

Ce jeu de tarot fur réalisé à Marseille aux alentours de 1745 par le fils de Jean-François Tourcaty maitre cartier à Marseille. Un exemplaire étant disponible à la BNF (bibliothèque nationale Française). La version présente à la BNF est une version tardive car les traces sur les cartes témoignent du passage de la révolution Française. En effet en ce climat de révolution les signes religieux et impériaux furent supprimés. Sauf celui du diable. Mais ce n’est pas cette grossièreté qui le dévalue, au contraire ce jeu de tarot divinatoire chargé d’histoire est très précieux.

En effet il est le seul qui a conservé le phoenix dans le IV de denier et dans le II de coupe. En revanche on constate sur ce tarot divinatoire que outre les illustrations des arcanes qui perdent en qualité on constate aussi une modification des noms qui perdent leur coté traditionnel issu du provençale du XIVème siecle comme « L’ÉTOILE » au lieu de « LESTOILLE ». Mais le jeu conserve cependant les « V » pour les « U » commme l’arcane « LE PENDV » et le « I » pour le « J ».

Le tarot divinatoire suisse

Si le tarot de Marseille est si célèbre, les Suisses ne sont pas à la traine en matière de tarologie. La voyance Suisse possède elle aussi la culture de la cartomancie et de nombreux jeux de tarot divinatoire virent le jour en Suisse. Attention de ne pas confondre le tarot Belge (de Rouen et Bruxelles) que l’on appel parfois « cartes de Suisses »

Le tarot Suisse de François Héri (1718)

Ce maitre cartier Suisse réalise plusieurs jeux mais la version la plus connue est celle ci-dessous.

Tarot divinatoire de François Héri
Le tarot divinatoire Suisse de François Héri

 

Le cadre étant plus large que sur les autres jeux de tarot divinatoire il nous présente des arcanes avec des images très peu rognées. C’est pour cette raison qu’on peut trouver les icônes des arcanes plus petits, la géométrie du dessin a été revue sur ce jeux de carte et ensuite repris en par le tarot milénium.

L’exemplaire de ce tarot divinatoire est conservé au musée national Suisse de Zurich.

 

Le tarot divinatoire Suisse de Rochus Schär (Mümlisvil, 1750)

Le tarot de Rochus Schär, comme celui de son homologue suisse François Héri, a aidé à mieux comprendre le dessin iconique des arcanes afin de créer le tarot Millenium. Par exemple comparé aux autres cartes on constate dans ce jeux de tarot divinatoire l’arcane I LE BATELEUR a la baguette derrière la main et non devant. XII LE PENDU lui par exemple, est pieds nus ce qu’on peut retrouver dans d’autres jeux.

La Suisse de par sa position géographique entre l’Italie, la France et l’Allemagne a conservé dans ses jeux de tarot divinatoire certains éléments du tarot originel, à commencer par les noms des cartes.

 

Le tarot divinatoire Suisse de Claude Burdel (Fribourg, 1751)

Tout comme le tarot de Rochus Schär, ce tarot Suisse est précieux sur les informations qu’il a fourni pour la reconstitution des icônes pour le tarot de Marseille Millenium. Dans ce jeu aussi on retrouve de multiples icônes des arcanes avec des « éléments originels&nbs$» tel que la baguette du bateleur derrière la main, le pendu pied nu, …

Un exemplaire de ce tarot divinatoire en parfait état de conservation est au musée des civilisations de l’Europe à Marseille.

 

Le tarot divinatoire de Jacques Rochias (Neuchâtel, 1782)

Ce tarot divinatoire quand à lui présente une iconographie très décalée par rapport au reste et c’est ce qui le rend si intéressant.

Par exemple certaines cartes sont inversées. Regardons par exemple celle de la ROUE DE LA FORTUNE du tarot divinatoire de Rochias comparée à celle de Brudel.

Tarot divinatoire de Rochias et Brudel
À gauche le jeu de Rochias et à droite celui de Brudel.

 

Dans la plupart des jeux de tarots divinatoire et tarot de Marseille, la roue de la fortune présente des animaux courant dans le sens anti-horaire comme la carte de droite.

De plus Les couleurs du tarot divinatoire Suisse de Rochias comme la couleur chair et le bleu clair ont inspiré le tarot Millenium.

 

Le tarot divinatoire de l’est, le tarot de Besançon

Le tarot de Besançon est en réalité un tarot de Marseille mais provenant des régions Est (Alsace, Franche-Comté, Bourgogne, Suisse et parfois Allemagne). Si longtemps on eut dit que le Tarot de Besançon descendait du tarot de Marseille, c’est en réalité l’inverse qui s’est produit. En effet les premiers tarot divinatoires provenant du nord de l’Italie, ils se reproduisirent d’abord dans l’Est.

Il arrive même que certains tarots Belges et Flamands soient classés dans cette catégorie du fait de leur naissance à Strasbourg. Si les tarots Suisses rentrent eux aussi dans cette catégorie il était préférable de les traiter à part tout de même du fait de l’étendu de la notion « tarot de Besançon ».

ouvent dans le tarot de Besançon les cartes de la papesse et du pape sont remplacées par Junon et Jupiter. Bien que né à Strasbourg, ce tarot divinatoire porte le nom de Besançon du fait que la production y a continué alors qu’elle s’était stoppée depuis longtemps à Strasbourg.

 

Tarot divinatoire de Pierre Madenié (1709, Dijon)

Ce tarot de Besançon ( dit Tarot de Marseille ) affiche une qualité de gravure des plus impressionnante mais aussi une bonne conservation des couleurs. Il est considéré comme un des plus beaux jeux de tarot divinatoire. Il est d’ailleurs le modèle principale du célèbre tarot Millenium. Un exemplaire est conservé au musée national Suisse de Zurich. D’autres exemplaires seraient présents dans des collections privées.

Tarot divinatoire de Pierre Madenié
Tarot divinatoire de Pierre Madenié

 

Le tarot divinatoire de Jean-Baptiste Madenié (1739, Dijon)

Fils de Pierre Madenié il réalise un jeux de tarot divinatoire d’une finition n’atteignant pas celle de son père. Son Tarot de Besançon se rapproche plus des jeux de tarots divinatoires Suisses comme on peut l’observer dans son arcane du soleil. Comme vu précédemment les Jeux de Tarots Suisse, Tarot de Besançon appartenant à la même famille donnant naissance au tarot de Marseille.

Certains détails présent dans le jeux de Pierre Madenié ne sont pas retrouvés ici. Usure ou oubli ? Quoi qu’il en soit les moules utilisés pour ce jeux de tarot étaient usés et n’en était pas à leur première utilisation. Un modèle est exposé au musée national Suisse de Zurich.

 

D’autres Tarot divinatoire

Le tarot divinatoire de Jacques Viéville (vers 1650, Paris)

Le Tarot de Viéville est souvent décrié comme mystérieux.

Tout d’abord ce jeux de tarot divinatoire n’est pas annoté. Les cartes n’affichent donc aucun nom. Il est un des rares jeux complet de l’époque que l’on ai retrouvé. Si certaines cartes ressemblent à s’y m’éprendre au tarot de Marseille, d’autres ressemblent plus aux cartes des fabriques de Rouen et Bruxelles ( tarot Belge ).

Il semblerait que dans ses gravures ce maitre cartier, Viéville ; ait mélangé la tradition milanaise des « tarots de Marseille » et celle de Bologne. Mais aussi on retrouve d’autres origines géographique dans ces cartes.

Ce tarot décousu est sûrement dût à l’époque à laquelle vivait Jacques Viéville. Une époque les cartiers étaient réunis en corporation afin d’être mieux surveillés, où les taxes sur les jeux de tarots étaient rudes et que le fisc surveillait tout ces cartiers. Les moules étant souvent détruits, il fallut faire un tarot divinatoire à partir de ce qui était disponible.

 

Oracle de Belline

L’oracle de Belline lui est un tarot divinatoire moderne utilisé en cartomancie.

Il est composé de 52 cartes se divisant en plusieurs catégories :

  • Les cartes sans influences planétaire
  • Les 7 cartes de Belline dominées par le soleil
  • Les 7 cartes de Belline dominées par la lune
  • Les 7 cartes de Belline dominées par Mercure
  • Les 7 cartes de Belline dominées par Venus
  • Les 7 cartes de Belline dominées par Mars
  • Les 7 cartes de Belline dominées par Jupiter
  • Les 7 cartes de Belline dominées par Saturne

D’après Bélline ces cartes ont été dessinées entre (1845 – 1865) par « le mage Edmond ». Ce jeux de tarot mélange les cartes du tarot de Marseille et du premier jeu d’Etteilla ( cartomancien célèbre à la base de la cartomancie et de la divination par les cartes ).

 

Le tarot Millenium

Ce tarot de Marseille est le modèle le plus utilisé et le plus connu actuellement. Basé sur les jeux vu précédemment et réalisé sur la géométrie sacrée du Cube de Métatron, diagramme de la matrice cosmologique archétypale de l’Univers (un savoir ancien retrouvé).

10 ans de recherches et de travail furent nécessaire à la réalisation de ce tarot. Cadrage, couleurs, sens des cartes … Un travail passionné et acharné pour un jeux de tarot divinatoire parfait, digne des plus grands maitres cartier.

 

L’oracle de Gé

L’oracle de Gé est un tarot divinatoire créer par Gérard Barbier. Il contient 61 cartes, mais aucune n’est annotée. Il est donc très libre quand à l’interprétation des cartes.

Sa particularité est que ce jeu de tarot permet de dater les prédictions car 4 lames représentent les saisons. D’autres lames permettent ensuite d’affiner pour plus de précision.

Mais aussi les lames peuvent se lire dans les deux sens ce qui enrichit les possibilité de prédiction.

banniereamour

Auteur de l’article : Team Malingo

Laisser un commentaire